Angélica Liddell

Notice par le Festival d’Avignon 2013

Auteure, metteure en scène, comédienne et performeuse, l’Espagnole Angélica Liddell a l’art de nous surprendre avec des spectacles qui se suivent, mais ne se ressem­blent pas. Chacune de ses pièces explore de nouveaux horizons, décline les mots de la douleur, sonde les ravages du collectif sur l’intime. Ses spectacles échappent à toute tentative de classification : le théâtre, la performance, la chorégraphie, la musique et la vidéo y sont indissociables. Angélica Liddell met en scène les mots et les corps, le sien et ceux des comédiens, des danseurs, des acrobates ou des musiciens qui l’accompagnent. Artiste hors norme, voilà vingt ans qu’avec sa compagnie Atra Bilis, fondée à Madrid en 1993, elle avance sur une corde raide, entre le réel et la fiction, le documentaire et la confession intime, l’exubérance et le recueillement, la rage et la compassion, la scène étant pour elle le lieu d’une perpétuelle mise en danger. Le public français a notamment découvert cette artiste complète et complexe lors de l’édition 2010 du Festival d’Avignon, où elle présentait deux pièces déjà fort différentes : L’Année de Richard et La Maison de la force, qui nous menaient de l’Espagne au Mexique, de la monstruosité politique à la violence quotidienne. En 2011, « Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme » : un projet d’alphabétisation déclinait en français un abécédaire de la méfiance, premier volet d’une trilogie chinoise qui se poursuit cette année.


Angelica Liddell est née en 1966.

Œuvres :

2007 : Y los peces salieron a combatir contra los hombres (Et les poissons partirent combattre les hommes)
2009 : La casa de la fuerza (La Maison de la Force)
2009 : Belgrado : canta lengua el misterio del cuerpo glorioso (Belgrade (chante ma langue le mystère du corps glorieux))
2010 : Y como no se pudrió... Blancanieves (Mais comme elle ne pourrissait pas... Blanche-Neige)
2010 : El año de Ricardo (L’Année de Richard)
2010 : "Maldito sea el hombre que confía en el hombre" : un projet d’alphabétisation (« Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme » : un projet d’alphabétisation)
2011 : Yo no soy bonita (Je ne suis pas jolie)
2011 : Anfægtelse
2011 : Te haré invencible con mi derrota (Je te rendrai invincible par ma défaite)
2012 : Ping Pang Qiu
2012 : Todo el cielo sobre la tierra (El síndrome de Wendy) (Tout le ciel au-dessus de la Terre (le syndrome de Wendy) (article sur l’Insensé par Karelle Menine)
2013 : Tandy
2013 : Primera Carta de San Pablo a los Corintios (Épître de saint Paul aux Corinthiens)
2014 : You are my destiny (Lo stupro di Lucrezia) (Le viol de Lucrèce)


Articles



Accueil > Mots-clés > Metteurs en scène > Angélica Liddell


Mots-clés dans le même groupe

0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100


Autres groupes de mots-clés