Espæce

— -

Mise en scène AURÉLIEN BORY
Toulouse - Avignon
> Opéra Grand Avignon
Création 2016
Durée : 1h15


« Vivre, c’est passer d’un espace à un autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner ». Cette phrase résume l’humeur et le projet de Georges Perec dans Espèces d’espaces, livre à la lisière de l’essai, du poème, de l’autobiographie. Comment Aurélien Bory, artiste des tangentes et des plans inclinés, de l’apesanteur et de la verticalité, s’empare-t-il de cette oeuvre dont le point de départ est une page de papier ? En réalité, Espèces d’espaces accompagne depuis longtemps le metteur en scène, qui se passionne pour les « machines à écrire » de l’auteur, dispositifs littéraires qui lui permettent de déplier le monde entier à partir du signe premier : la lettre. Aurélien Bory remplace la page blanche par le plateau nu et se saisit des outils du théâtre comme d’un alphabet, pour en révéler l’histoire et les potentialités. Il rend ainsi hommage à Georges Perec, par allusions plus que par citations. Un hommage à son génie littéraire, connu pour sa dimension ludique, oulipienne, mais aussi à son histoire intime, marquée par la perte de ses parents lors de la seconde guerre mondiale. Aurélien Bory fabrique un puzzle en mouvement, discrètement savant, où s’imbriquent euphorie créative, liberté potache et conscience de l’inévitable naufrage.

Aurélien Bory
Qu’il soit aux côtés d’acrobates marocains, d’artistes chinois, d’une danseuse de flamenco ou de machines industrielles, Aurélien Bory ne cesse de mettre l’espace à l’épreuve du mouvement. Et inversement. Les objets et les corps subissent l’espace et ses lois mécaniques autant qu’ils le révèlent, le plient, le déforment. Véritable artisan du plateau, il utilise et bien souvent hybride tous les langages de la scène (danse, théâtre, cirque), tous les registres du burlesque au tragique, tous les savoir-faire des outils traditionnels aux nouvelles technologies. Parallèlement à ses propres créations, il collabore avec le chorégraphe Pierre Rigal, le chanteur Vincent Delerm et signe la mise en scène de deux opéras. À Toulouse où il a fondé la Compagnie 111 en 2000, Aurélien Bory met en oeuvre un processus de travail au long cours autour du livre de Georges Perec, Espèces d’espaces. Un processus jalonné par trois B(r)ouillons, comme trois pages, à l’égal de trois plateaux où ses interprètes et lui-même ont présenté au public de multiples tentatives, dont les sédiments nourrissent sa création pour le Festival d’Avignon.


Distribution

— Conception, scénographie et mise en scène Aurélien Bory
— Conseiller à la dramaturgie Taïcyr Fadel
— Décors Pierre Dequivre
— Lumière Arno Veyrat
— Musique Joan Cambon
— Costumes Sylvie Marcucci

Avec Guilhem Benoit, Mathieu Desseigne Ravel, Katell Le Brenn, Claire Lefilliâtre, Olivier Martin-Salvan


Production

— Production Compagnie 111
— Coproduction Festival d’Avignon, TNT Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées, Le Grand T Théâtre de Loire-Atlantique Nantes, Théâtre de l’Archipel Scène nationale de Perpignan, Théâtre de la Ville-Paris, Maison des Arts de Créteil, Parvis Scène nationale de Tarbes Pyrénées
— Avec le soutien de l’Adami et de la Spedidam 
— Résidence à la FabricA du Festival d’Avignon, au TNT Toulouse et à Circa Auch


Articles



Accueil > Mots-clés > Œuvres > Espæce


Mots-clés dans le même groupe

0 | 20 | 40 | 60 | 80


Autres groupes de mots-clés