Gogol et glaire, quelque chose comme ça
Malte Schwind - 23 juillet 2016

Les âmes mortes, d’après le texte de Nikolai Gogol, mis en scène par Kirill Serebrennikov se joue à la FabricA du 20 au 23 juillet. Écriture chorale et corporelle d’un cynisme, conséquence du ravage de la logique marchande. Difficile à supporter, quelque part nouveau.


Ceci sera un papier pénible. Ne le lisez pas.

Les âmes mortes : Tchitchikov, esprit d’un homme d’affaire logique capitaliste pragmatique, achète des titres de propriété de serfs morts Kirill Serebrennikov nous montre alors trois ou quatre scènes où le marchandage a eu lieu ; on glisse d’une situation à une autre, sans signifier le changement de lieu… blablabla… tout le monde pourra relire l’action…

On est alors devant une corporalité nouvelle. Une corporalité qui peut nous faire penser à quelque chose qui a lieu dans Il est difficile d’être un Dieu, film de A. Guerman, ou encore le Faust de A. Sokurov. Une corporalité qui fait du corps humain un objet comme un autre. Le corps humain, l’objet corps, est posé sur un autre, objet pneu. Ou objet corps sur objet corps. Ou objet corps à travers objet pneu. Bousculé, jeté dans un coin. Imbriqué l’un dans l’autre, comme un tas d’objets. Des puces, des crachats, une sexualité bestiale. Le brut du corps. L’immédiateté corporelle. Et ce brut du corps déborde alors. Il produit un excès du corps. Des baisers grotesques. De la viande. Une corporalité qui engloutie le pragmatisme du capitaliste, mais qui demeure malgré sa force engloutissante impuissante. La banalité du cadavre. Ça pue.

Et de cette corporalité est produit alors un jeu théâtral qui a définitivement vaincu toute psychologisme, des corps sans âmes. Non pas des âmes mortes, mais des corps sans âmes. Sans sentiments. Sans ressenties. Un corps et des affects. Pas de continuité psychologique. Basculement d’un affect à un autre. C’est comme cela qu’ils peuvent jouer, arnaquer, être des crapules. D’où les grimaces, d’où ce qui peut se rapprocher d’un Klamauk, d’un humour potache (mais le mot n’est pas bon), de quelque chose qui est entre potache, grotesque, burlesque, nourri d’un cynisme sans fond. D’où des présences, des actes, une agitation violente, difficile à supporter. Des corps non pas ressentis, non pas habités, mais des corps dans leur brutalité d’être. Un humour de fin de quelque chose. Faudra tout de même qu’on en rit ! Mais un rire vulgaire. Un rire de crachats, de morve, de merde. Personne est à sauver. Pas d’élévation, pas de morale, pas de principe, pas de sophistication. Un rire du corps empêtré dans ses liquides. Quelque chose comme ça. Les flics sauvent la crapule capitaliste d’autres crapules. L’ordre du monde a toujours été au service des riches. Quelque chose comme ça.

L’écriture de cette choralité corporelle, ou de cette corporalité chorale, est soutenue par des moments de piano, joués en direct à côté, ou intercalés par des vers chantés, éclairés par une poursuite, satyre d’un lyrisme, moquerie d’une « distanciation » à l’opéra de quat’sous, d’une forme dépassée, archaïque, de divertissement ou de critique. Ça aussi, c’est un crachat. De la glaire.

C’est juste à la fin, après le passage de la haute bourgeoisie, des crapules et des arnaqués, reste un banc de travailleurs, de Shell ou de Total, assis et chantant : « Russie, que veux-tu de moi ? » pendant que notre petit acheteur d’âmes mortes, court et crie : « Fonce ! Fonce ! » marquant alors la définitive rupture entre le projet de société bourgeois et capitaliste et les exploités, laissant des « laissés-pour-compte », oubliés. Mais peut-être oubliés même du cours du monde, de celui qui a perdu son peuple. Demeure quelques parts, projetés au fond de la boîte scénographique en OSB, les ombres dissipant d’un peuple.

Quelques instants avant, celui qui fonce aura oublié quelque chose. Tel un Faust qui est visité à la fin par le souci, notre pragmatique capitaliste aura oublié quelque chose. Une ancienne crapule arnaqué-arnaqueur lui répond : tes amis. Et on aurait pu voir dans la camaraderie de ces mecs à casquettes une amitié qu’on ne saura où trouver désormais.

Cela cependant est déjà trop moraliste. Reste le souvenir de ces mecs, cette meute, qu’elle soit riche ou pauvre, arnaqueurs ou exploiteurs. Il n’y a pas une femme. Les femmes sont joués par des mecs. Une chance pour la femme de ne pas y être. Une meute. Des chiens.

Sans cesse des actes en parallèle. Des actions derrière, à côté. Surchargé. Dissémination. Comme la perdition d’un sens (dans le sens de direction) à la fin d’un monde. Les Âmes mortes, publié en 1842, 1861 abolition du servage, quelques quarantaine d’année plus tard les révolutions que l’on connaît.

Et peut-être peut-on retrouver quelque chose de ces corps dans notre situation post-fordiste où la tentative d’habiter quelque chose, où le ressenti le plus intime et privé même est investi et aliéné par la logique marchande qui ne peut laisser, derrière son ravage, que du cynisme.


Mots-clés

_Les Âmes mortes _Festival d’Avignon 2016 _Kirill Serebrennikov _La FabricA, Avignon _Nikolaï Gogol _Russie _Théâtre